Le hockey pour tous: les Patins de l’espoir lance sa campagne annuelle

Journal Metro
Anne-Frédérique Hébert-Dolbec
28 janvier 2015

Nouvelles

“Jouer au hockey, c’est dispendieux. Pour une saison régulière, il peut en coûter plus de 1500$ pour chaque enfant. Un obstacle financier qui peut en empêcher plusieurs de fouler la glace. Pour remédier à la situation, la campagne Les Patins de l’espoir récolte les patins et les accessoires de hockey usagés afin d’en faire dons à des apprentis patineurs qui n’y ont pas accès.

Chaque année, les inscriptions de base pour une saison régulière, qui se déroule d’octobre à avril, sont d’environ 400$. La majorité de ces coûts couvrent la location de la glace. Des frais supplémentaires de plus de 350$ sont également exigés pour les dépenses d’équipe, soit les rondelles, les bouteilles d’eau et les inscriptions aux tournois.

Ceci, sans compter le prix de l’équipement, qui s’élève en moyenne à 740$ pour un joueur régulier. Un montant qui s’avère encore plus dispendieux pour les gardiens de but.

C’est pour atténuer ces coûts que la fondation Patins de l’espoir a démarré l’an dernier. Plus de 6000 paires de patins, accompagnées de casques et de bâtons, avaient été distribués à travers le Canada.

Le 27 janvier, l’organisme a donné le coup d’envoi à sa deuxième campagne dans l’arrondissement de Saint-Laurent, avant de partir pour une tournée de six grandes villes canadiennes.

«Je trouve cette initiative extraordinaire», s’exclame l’ex-joueur des Canadiens et porte-parole de l’événement, Patrice Brisebois.

«Le patinage et le hockey, c’est une occasion pour les enfants de faire de l’activité physique, de s’amuser, de sortir jouer dans les parcs. Avec des programmes comme Les Patins de l’espoir, on peut développer des passions chez certains jeunes de grand talent. Et qui sait où l’avenir les mènera?»

C’est une initiative qu’applaudit Robert Samoszewki, président de l’Association de hockey de l’Île-Bizard.

«Je pense qu’il est possible que nous perdions des talents parce que le hockey est un sport très dispendieux, indique M. Samoszewski. Ce n’est pas seulement l’équipement. Quand on commence à jouer dans les ligues, c’est des tournois, des voyages. J’essaie par tous les moyens de trouver des manières de réduire les coûts, soit par des campagnes de financement ou des commanditaires. »

Lors du lancement de la campagne, une « mini-patinoire » a été aménagée dans les bureaux de FedEx Express Canada, où les gens pourront déposer leurs dons jusqu’au 5 février. Ces derniers seront ensuite distribués gratuitement aux jeunes qui en ont besoin.”